Les effets iatrogènes du traitement

On parle d’effets iatrogènes lorsque le traitement déclenche de nouveaux symptômes, distincts de ceux qu’il est censé soigner (Le Figaro Santé, s.d.).

Par exemple, vous recevez un traitement pour l’anxiété et ce dernier produit de nouveaux symptômes comme de l’insomnie, des douleurs, une amnésie, une dépression, des envies suicidaires ou une impulsivité et même, comme nous l’avons constaté chez nombre d’entre nous de nouveaux troubles entraînant de nouveaux diagnostics comme des troubles psychotiques, des troubles bipolaires, des troubles de l’humeur, des troubles psychosomatiques, etc… pour lesquels d’autres traitements sont administrés et viennent s’ajouter au traitement pour l’anxiété. Dans ce cas, on ajoute un traitement médicamenteux pour « traiter » les effets iatrogènes induits par le premier traitement médicamenteux. Cela annonce souvent le début d’une longue errance médicamenteuse où de nouveaux médicaments sont ajoutés par le médecin pour traiter l’apparition de ce nouveau trouble dont les signes et symptômes apparents ne sont en fait, vous l’aurez compris, que les effets iatrogènes du premier traitement. Si les médicaments ajoutés produisent à leur tour des effets iatrogènes, vous imaginez bien que si ces derniers ne sont pas identifiés comme tels, alors l’engrenage infernal de l’ajout d’autres médicaments pour « traiter » les effets iatrogènes des premiers continuera.

Avec l’ajout de plusieurs médicaments et par là, la consommation simultanée de plusieurs médicaments, on s’expose à l’effet cocktail.

Comment désamorcer l’engrenage infernal de l’ajout de médicaments pour « traiter » les effets iatrogènes d’un premier traitement médicamenteux ?

La première chose à faire serait de ne pas ajouter un nième médicament pour traiter les symptômes qui sont apparus APRÈS la prise de médicaments. Il est plus sensé d’essayer de déterminer si les nouveaux symptômes observés depuis le prise du médicament ne seraient pas des symptômes (ou des signes) iatrogènes, c’est-à-dire générés par le traitement. Pour cela, il est important de consulter la notice d’emballage du médicament qui pourrait être à l’origine des nouveaux symptômes que vous expérimentez. Regarder à la rubrique « effets secondaires ou effets indésirables », si les nouveaux symptômes qui sont apparus y figurent. S’ils y figurent, il y a de grandes chances pour que ce soit le médicament qui induisent ces nouveaux symptômes ou ce(s) nouveau(x) trouble(s) et ce n’est pas l’ajout d’un deuxième médicament qui semble la solution la plus saine, mais plutôt la diminution ou le retrait de la substance qui produit ces symptômes nouveaux, d’autant plus si ces symptômes sont graves (envie suicidaire, idées noires, violences, dépression,…).

Ensuite, il faut se rappeler qu’une substance qui produit un effet indésirable grave lorsqu’on la prend peut également être à l’origine de graves effets indésirables lorsqu’on l’arrête. Il convient donc d’être prudent lors de tout changement de dosage.

Les réactions paradoxales

Un effet paradoxal d’un traitement, le plus souvent un médicament, est l’effet contraire de celui recherché, c’est-à-dire l’accentuation des symptômes qu’il vise à traiter (Psychomédia, 2012).

Réactions paradoxales aux benzodiazépines

Les benzodiazépines ont 6 effets principaux : sédatif, hypnotique, anxiolytique, anticonvulsivant, myorelaxant et amnésiant. Mais elles peuvent induire les effets exactement opposé et les individus sensibles peuvent réagir à un traitement aux benzodiazépines par une augmentation de l’anxiété, de l’agressivité, de l’agitation, de la confusion, de la désinhibition, de la perte de contrôle concernant les impulsions, de la loquacité, des comportements violents, et même des convulsions. Les effets indésirables paradoxaux peuvent même conduire à un comportement criminel (Wikipédia, 2015).

Les effets contraires d’un médicament

Les effets contraires d’un médicament sont des effets secondaires indésirables également appelés effets paradoxaux. Ils se produisent lorsque le médicament produit l’effet opposé à celui recherché. C’est parce que le médicament produit l’effet exactement opposé à celui recherché que l’on parle d’effet contraire ou encore d’effet paradoxal (car c’est quand même un paradoxe, que le médicament produise les effets qu’on cherche à traiter).

Les effets secondaires d’un médicament

Les effets secondaires, sont les effets qui se produisent en plus de l’effet primaire, mais qui ne sont pas recherchés, même s’ils peuvent être attendus. Selon Wikipédia (2017), un effet secondaire ou effet latéral peut être désirable, indésirable ou neutre selon les cas.

Il s’agit le plus souvent d’un effet indésirable du traitement, bien que certains de ces effets soient recherchés : l’effet antiagrégant plaquettaire de l’aspirine par exemple (Wikipédia, 2016).

Les réactions paradoxales et les effets contraires sont des effets secondaires indésirables d’un produit.

Les effets secondaires (connus) des médicaments psychiatriques sont généralement mentionnés dans la notice d’emballage.

Par exemple, les effets secondaires indésirables du Xanax (alprazolam) sont:

Effets indésirables Xanax

Les effets indésirables les plus fréquemment rencontrés sous alprazolam chez les patients atteints de névrose d’angoisse ou souffrant d’états d’anxiété associés à une dépression, sont la somnolence, le vertige/l’obnubilation.

Chez les patients atteints de troubles paniques et traités par de fortes doses (supérieures à 4 mg/j), une sédation/somnolence, une fatigue, une ataxie/des troubles de la coordination et des difficultés d’articulation ont fréquemment été observés au début du traitement. La sédation diminue généralement après quelques semaines de traitement.

Lors de l’utilisation de benzodiazépines, des réactions paradoxales telles que difficultés à se concentrer, états confusionnels, hallucinations, stimulation ou autres troubles du comportement comme irritabilité, agitation, accès de colère, comportement agressif et hostile peuvent se manifester dans de rares cas et en particulier chez des patients âgés (voir «Mises en garde et précautions»).

Les effets indésirables mentionnés ci-dessous ont été observés dans des études cliniques contrôlées chez des personnes traitées par l’alprazolam. Ils sont répertoriés par classe d’organes et évalués selon leur fréquence, en tenant compte des définitions suivantes: très fréquents (≥10%), fréquents (≥1%-<10%), occasionnels (≥0.1%-<1%), rares (≥0.01%-<0.1%).

En outre, les effets indésirables figurant sous «Post-marketing» ont été rapportés après la commercialisation.

Affections du système immunitaire

Post-marketing: réactions d’hypersensibilité telles qu’urticaire, œdème laryngé, œdème pharyngé.

Affections endocriniennes

Post-marketing: fréquence inconnue: hyperprolactinémie.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquents: diminution de l’appétit.

Affections psychiatriques

Très fréquents: dépression (11.7%).

Fréquents: confusion mentale, désorientation, diminution de la libido, anxiété, insomnie, nervosité.

Post-marketing: fréquents: augmentation de la libido. Occasionnels: manie, hallucination, colère, agitation. Fréquence inconnue: hypomanie, agression, hostilité, pensées aberrantes, hyperactivité psychomotrice.

Affections du système nerveux

Très fréquents: sédation (49.9%), céphalées (22.3%), somnolence (20.3%), troubles de la mémoire (17%), vertiges (16%), dysarthrie (12.3%), ataxie (10.8%).

Fréquents: troubles de l’équilibre, troubles de la coordination, troubles de l’attention, hypersomnie, léthargie, tremblements.

[…] (Extrait du Compendium Suisse des Médicaments, 2017)

L’effet primaire d’un médicament

L’effet primaire d’un médicament (ou d’une substance active) est l’effet qu’on attend qu’il produise, c’est l’effet désiré du produit: on attend qu’un anxiolytique ait un effet anxiolytique, c’est-à-dire qu’il calme notre angoisse, nos peurs, nos crises de panique. On attend d’un somnifère qu’il nous fasse dormir. On attend d’un antidépresseur qu’il contrecarre notre dépression. On attend d’un antidouleur qu’il soulage nos douleurs…

Par exemple, l’effet primaire recherché de l’alprazolam (molécule active du Xanax) est son effet anxiolytique, il est donc indiqué dans le cadre des troubles anxieux:

Indications/Possibilités d’emploi Xanax

Névroses d’angoisse, y compris troubles psychosomatiques.
Etats d’anxiété avec dépression, mais pas comme traitement de premier choix.
Symptômes d’angoisse associés à des maladies fonctionnelles ou organiques.
Troubles paniques chroniques graves avec ou sans conduite phobique d’évitement, blocage ou diminution des attaques de panique chez les patients souffrant d’une agoraphobie associée à des accès de panique (d’après DSM-III-R, American Psychiatric Association).

Xanax retard:
Névroses d’angoisse, y compris troubles psychosomatiques.
Troubles paniques chroniques graves avec ou sans conduite phobique d’évitement, blocage ou diminution des attaques de panique chez les patients souffrant d’une agoraphobie associée à des accès de panique (d’après DSM-III-R, American Psychiatric Association).

(Compendium Suisse des Médicaments, 2017)

L’effet d’un traitement ou d’un médicament

L’effet recherché d’un traitement, notamment d’un médicament, est l’effet thérapeutique, celui pour lequel le médicament a été conçu et commercialisé. Mais, à côté de cet effet primaire, on peut observer un ou plusieurs effets secondaires, certains pouvant être bénéfiques, d’autres délétères; ce sont alors des effets indésirables (Thomsen, 2014).

La puissance d’un médicament psychotrope

La puissance d’un médicament psychotrope traduit sa capacité à « agir » sur un (ou plusieurs) systèmes de neurotransmission : il s’agit de l’intensité de son action (de l’intensité de son effet). Par exemple, plus la capacité d’un antidépresseur ISRS à inhiber la recapture de la sérotonine sera élevée, plus il sera puissant. En d’autres termes, plus un antidépresseur est capable d’empêcher les neurotransmetteurs sérotoninergiques d’être récupérés par le neurone pré-synaptique ou d’être détruits dans la fente synaptique, plus on dit que son effet est puissant.

La connaissance de la puissance d’un substance psychoactive (antidépresseur, anxiolytique, neuroleptique,…) est intéressante, car elle nous permet de comprendre pourquoi plus une personne prend un médicament aux effets puissants, plus il est difficile pour elle de se sevrer. En effet, plus l’intensité de l’action d’une molécule est grande, plus la réaction de l’organisme à cette action est grande. Dans ce cas, les mécanismes compensatoires mis en place par l’organisme pour contrer les effets du médicament sont puissants. Pour imager, nous pourrions dire que c’est comme lorsqu’on vous attaque. Plus les moyens d’attaques utilisés par l’ennemi sont importants, plus votre réponse sera intense. Ainsi, lorsqu’un pays attaque avec une petite force de frappe, le pays attaqué se défendra avec une force de frappe légèrement supérieure à celle-ci (il répond de manière proportionnelle). Mais si un pays en attaque un autre avec une énorme force de frappe (armes nucléaires, missiles à tête chimique), alors le pays attaqué répondra avec toute sa force de frappe. Dans ce dernier cas, nous comprenons bien que la « désescalade à l’armement » pourra s’avérer compliquée : le pays attaqué ne redescendra que très lentement son intensité de frappe, car ayant été attaqué le premier et ayant souvent subi de plus gros dégâts et un plus grand traumatisme, il va certainement se méfier et réduire beaucoup plus lentement son armement que son assaillant. Il attendra d’être certain que son assaillant ait réduit son action militaire, avant de réduire la sienne.

Les mêmes mécanismes sont en œuvre dans la prise de médicaments psychotropes. Plus un médicament est puissant, c’est-à-dire plus sa force de frappe est puissante (engendre de fortes modifications), plus l’organisme réagira fortement (pour se défendre).

Lors de la désescalade, c’est-à-dire lors de la diminution systématique de l’intensité des frappes (=diminutions des doses pendant le sevrage), l’organisme, comme le pays assailli, va réduire ses réponses aux attaques plus lentement que ne le fera le pays assaillant avec sa force de frappe. L’organisme réduira l’ampleur de son arsenal (et sa force de frappe) beaucoup plus lentement que son assaillant pour être certain de garder un petit avantage.

La force de la réponse de l’organisme à l’action d’une substance psychoactive peut être observée au-travers de l’intensité des symptômes.

Plus un médicament est puissant, plus la réaction de l’organisme est intense. Par conséquent, nous pouvons imaginer que lors du sevrage, plus un médicament sera puissant, plus une diminution importante laissera paraître la réaction de l’organisme aux travers des symptômes de sevrage (ou/et de leur intensité). C’est pourquoi, une des approches du servage, notamment des antidépresseurs, préconise de substituer une molécule puissante par une molécule moins puissante avant de commencer le sevrage à proprement dit. En effet, selon cette approche, un sevrage réalisé sur une molécule moins puissante permettrait de diminuer l’intensité des symptômes de sevrage (symptômes de manque).

L’apparition d’un effet rebond, c’est-à-dire le retour ou l’intensification ou l’apparition de nouveaux symptômes, qui étaient contrôlés sous médicaments, dévoile la réaction de l’organisme à l’action du produit psychiatrique. L’effet rebond est en quelque sorte la manifestation qui met en lumière la réaction de l’organisme à l’action d’une substance psychotrope.

Nous comprenons que plus un médicament est puissant, c’est-à-dire que plus son effet est puissant, plus l’organisme aura compensé et par conséquent plus l’effet rebond risque d’être intense.

La puissance d’une substance psychotrope est donc un élément à bien prendre en compte lors d’un diminution de dose ou d’un sevrage.

 

 

L’effet rebond

L’effet rebond ou phénomène de rebond est l’apparition ou la réapparition de symptômes qui étaient absents ou contrôlés pendant un traitement médicamenteux, mais (ré)apparaissent lorsque ce traitement est arrêté ou que la dose est réduite. Dans le cas de réapparition, les symptômes qui réapparaissent ont souvent une intensité augmentée par rapport aux symptômes présents avant traitement (Wikipédia, 2016).

L’effet rebond et les mécanismes compensatoires mis en place par l’organisme

L’apparition d’un effet rebond dévoile la réaction de l’organisme à l’action du produit psychiatrique. L’effet rebond est en quelque sorte la manifestation qui met en lumière la réaction de l’organisme à l’action d’une substance psychotrope: l’effet rebond met en lumière les mécanismes compensatoires mis en place par l’organisme pour contrer l’effet de la substance. Lors des diminutions de doses ou lors d’un arrêt brutal, l’effet rebond qui apparaît est la manifestation du déséquilibre entre l’effet diminué du produit chimique (dose réduite) et les effets compensatoires de l’organisme qui contre toujours aussi intensément l’action du médicament (l’organisme n’ayant pas encore ajusté l’intensité de sa réponse à l’intensité diminuée de l’effet du médicament).

L’anxiété de rebond

L’anxiété de rebond est une des réactions les plus communes lors de l’arrêt ou de la réduction de dose des tranquillisants mineurs. Comme avec la plupart des médicaments psychiatriques, l’utilisation de ces benzodiazépines engendre au final une augmentation des symptômes alors même qu’elles étaient supposées les réduire et c’est ainsi que l’anxiété de rebond peut mener au diagnostic erroné de trouble de l’anxiété chronique. Comme relevé par le journal de psychiatrie américain Textbook of Psychiatry, les traitements à long terme peuvent être maintenus ou réintroduits par erreur lorsque l’anxiété de rebond induite par le médicament fait son apparition. La toxicomanie en étant le résultat ultime (Breggin, 1991, cité par Nimmo, s.d.).

L’insomnie de rebond

L’insomnie de rebond résulte également de la prise de la plupart des somnifères, parce que le cerveau réagit en s’opposant aux effets dépresseurs du système nerveux central en devenant plus alerte et plus en éveil. Il ajoute que de manière générale, les somnifères ne devraient pas être pris plus d’un jour ou deux à la fois (Breggin, 1991, cité par Nimmo, s.d.).

Comment désamorcer l’effet rebond ?

Ce qu’il est important de comprendre c’est que, lors d’un sevrage, plus la diminution de la dose journalière est grande, plus l’intensité d’un éventuel effet rebond sera grande. Pour désamorcer l’effet de rebond, c’est-à-dire pour minimiser l’apparition ou la réapparition de symptômes qui étaient absents ou contrôlés pendant la prise de médicament psychiatrique, il faut faire de petites diminutions et respecter des paliers de stabilisation de quelques jours, pour permettre au corps et plus particulièrement au système nerveux central, de gérer la diminution de dose. Un sevrage lent permet de limiter grandement l’intensité des éventuels effets de rebond et cela permet, en parallèle, de mettre en place des techniques thérapeutiques pour gérer l’hyperactivité et l’hypersensibilité du système nerveux central rendu plus vigilant, plus alerte et plus en éveil par la prise chronique de médicament(s) psychiatrique(s).

 

Sevrage Deroxat (paroxétine)

 

 

 

 

Forme galénique de la paroxétine

Pour passer de la paroxétine en forme sèche (comprimés,…) à la paroxétine en solution buvable voir Tableau de conversion solutions buvables <=> formes sèches (IFSI de Premontre, 2015)

Cont. en ml

Correspondance en mg

Équivalence en comprimé

Système de mesure

Deroxat
(paroxétine)

150

1 ml = 2 mg

10 ml = 20 mg

Comprimé à 20 mg

Gobelet doseur
en ml et mg

Présentation du médicament DEROXAT par SoutienBenzo:
DEROXAT 20 mg/10 ml : suspension buvable (arômes : orange, citron) ; flacon de 150 ml avec gobelet-doseur gradué à 5 ml, 10 ml, 15 ml et 20 ml
En savoir plus sur https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-dderox01-DEROXAT.html#0EouARC4AV4e7LF6.99
Tu vois avec cette formule, il est plus facile de ce sevrer!!! comme les gouttes.

Exemples de symptômes de manque (=symptômes de sevrage):

Tableaux des doses équivalentes

 

Antidépresseurs: doses équivalentes

Les antidépresseurs ISRS

Doses équivalentes à 20mg de Prozac liquide (fluoxétine) Healy (2011)
20mg de paroxétine = 20mg de fluoxétine liquide
75mg de venlafaxine = 20mg de fluoxétine liquide
20mg de citralopram = 20mg de fluoxétine liquide
50mg de sertraline = 20mg de fluoxétine liquide

Ou 40mg de fluoxétine liquide = 40mg de paroxétine

Noms commerciaux:

  • fluoxétine = Prozac, Fluctine, …
  • paroxétine = Deroxat, Divarius, Paronex, …
  • venlafaxine = Effexor, Efexor, Venlax,…
  • citralopram = Cipramil, Celexa, …
  • sertraline = Zoloft, Sertragen, …
  • escitalopram = Seroplex, Cipralex, …
  • desvenlafaxine = Pristiq, ….La desvenlafaxine correspond à l’un des métabolites de la venlafaxine, (Wikipédia, 2017)

 

Équivalences approximatives des doses des antidépresseurs ISRS et ISRN (SoutienBenzo)

fluoxétine 20mg
paroxétine 20mg
sertraline 50-75mg
citalopram 20mg
escitalopram 10mg
venlafaxine 75mg
desvenlafaxine 50mg
duloxétine 30mg

Équivalences approximatives des doses des antidépresseurs ISRS et ISRN (SoutienBenzo)

fluoxétine 40mg
paroxétine 40mg
sertraline 100mg
citalopram 40mg
escitalopram 20mg
venlafaxine 150mg
desvenlafaxine 100mg
duloxétine 60mg

 

Autres tableaux des doses équivalentes entre les antidépresseurs:

(pour plus d’informations sur ce que sont les équivalences, voir doses équivalentes)

 

Doses équivalentes entre antidépresseurs
d’après l’étude de Hayasaka & al. (2015)

Molécule active

Dose journalière équivalente

fluoxétine 40 mg
paroxétine 34 mg
agomelatine 53.2 mg
amitriptyline 122.3 mg
bupropion 348.5 mg
clomipramine 116.1 mg
desipramine 196.3 mg
dothiepin 154.8 mg
doxépine 140.1 mg
escitalopram 18 mg
fluvoxamine 143.3 mg
imipramine 137.2 mg
lofepramine 250.2 mg
maprotiline 118 mg
miansérine 101.1 mg
mirtazapine 50.9 mg
moclobemide 575.2 mg
nefazodone 535.2 mg
nortriptyline 100.9 mg
reboxetine 11.5 mg
sertraline 98.5 mg
trazodone 401.4 mg
venlafaxine 149. 4 mg

 

 

Références bibliographiques