6ème série de vidéos: un modèle des troubles psychologiques

Bonjour à tous,

J’ai entamé la réalisation d’une nouvelle série de vidéos dans laquelle j’expose, sous la forme d’un modèle, ma vision de ce que pourraient être les troubles psychologiques.

Le modèle que je vais construire est basé à la fois sur mon expérience personnelle, sur mes connaissances académiques, sur mes recherches personnelles et sur mes observations.

Dans les premières vidéos, je vais tenter de vous donner une vision d’ensemble des facteurs et des mécanismes qui peuvent entrer en jeu dans l’apparition des troubles psychologiques, dans leur maintien, dans leur aggravation et dans leur disparition.

Les 4 grandes catégories de troubles mentaux que je vais tenter de traiter sont:

  • les troubles anxieux
  • les troubles de l’humeur (dépression,…)
  • les troubles psychotiques
  • les troubles somatoformes

Lorsque vous visionnerez les premières vidéos, gardez à l’esprit que pour pouvoir vous donner un premier aperçu des facteurs et des mécanismes qui sont présents dans ce qu’on nomme les troubles mentaux, je prends quelques raccourcis pour simplifier le sujet et le rendre accessible. Au fil des vidéos, je vais de plus en plus approfondir et détailler les éléments qui entrent le ligne de compte afin de rendre visible toute la complexité de ce que d’aucuns nomment la maladie mentale.

Retrouvez les 2 premières vidéos de la série ici:

Vidéos: un modèle des troubles psychologiques
(anxiété, dépression, troubles psychotiques,…)

Très bonne journée à tous!!

Cordialement,
Carole

 

 

Mes activités en 2017

Bonjour à tous,

En ce début d’année 2017, je vais reprendre la direction de l’université, jusqu’en juillet où je devrais obtenir mon diplôme. Je vais également reprendre le travail d’information sur la médication psychiatrique et le monde de la psychiatrie, mais cette fois je vais le faire en l’adaptant à mon rythme de vie.

LIVRE

Tout au long de cette année, je vais me concentrer sur la mise par écrit de ce que j’ai compris de ce qui m’est arrivé, de pourquoi ça m’est arrivé et de comment sortir du cercle néfaste de la psychiatrie moderne et de ses traitements chimiques et non-chimiques.

Je vais proposer une première réponse à la question: « Qu’est-ce que la maladie mentale? » et je vais essayer d’expliquer les mécanismes qui sont derrière l’anxiété, la dépression, les psychoses, l’insomnie et les autres troubles qui sont actuellement très fréquents dans notre société moderne.

C’est à l’aide de l’outil Wattpad, que je vais rédiger et rendre disponibles mes réflexions autour de la « maladie mentale ». Cet outil permet aux auteurs de proposer gratuitement leurs écrits (en cours de rédaction ou terminés) à leurs lecteurs.

Je vais donc vous proposer de suivre la rédaction de mes écrits en temps réel. Comme cela vous pourrez suivre l’avancée de mes réflexions sur les divers sujets qui m’interpellent et commenter les parties qui ne vous semblent pas claires.

 

VIDEOS

Pour rendre plus accessible le contenu de mes réflexions, je vais également continuer à réaliser des séries de vidéos.

 

THEMES QUI SERONT TRAITES

Voici les divers thèmes que j’ai prévu de traiter:

  • Qu’est-ce que la maladie mentale dans notre société moderne?
  • L’anxiété, qu’est-ce que c’est et comment la gérer?
  • La dépression, qu’est-ce que c’est et comment en sortir?
  • Finissons-nous tous par devenir psychotiques ou schizophrènes sous médications psychotropes?
  • Pourquoi certains s’en sortent et d’autres pas?
  • Quelle est la différence entre une émotion et une pensée?

FORUMS

J’ai réalisé que les forums me prenaient trop d’énergie et qu’ils détruisaient ma motivation à continuer à informer les gens concernant le domaine de la psychiatrie et de la médication psychiatrique. J’adore l’équipe du forum de Thérèse qui fait un travail formidable pour soutenir, conseiller et guider les personnes qui sont en sevrage. J’aurai tant aimé pouvoir être plus forte et arriver à tout faire de front: réaliser des vidéos, écrire des livres, développer mon site, finir mes études, m’occuper de ma famille et soutenir individuellement les membres du forum. Mais ça fait trop, vraiment trop. Au final, j’ai tellement voulu en faire qu’en ces mois de décembre 2016 et de janvier 2017, j’ai tout mis de côté parce que j’étais débordée.

Je me suis alors dit qu’il fallait que je trouve un juste milieu pour pouvoir continuer à être utile dans l’information et le soutien des personnes qui sont en prise avec la psychiatrie et les médicaments psychiatriques. Je me suis dit que je ne pouvais pas de nouveau tout plaquer parce que je n’avais pas su gérer mes priorités dans le domaine.

MES PRIORITES

Maintenant, je réalise que je ne peux pas tout faire, qu’il est important que je me concentre sur ce que je fais de mieux pour pouvoir proposer efficacement mon aide et mes connaissances aux personnes qui ont en besoin. Je vais donc concentrer mes efforts sur trois points suivants:

  1. Continuer à acquérir des connaissances dans les domaines de la psychologie, de la psychiatrie, de la médication psychotrope, des neurosciences, des états modifiés de consciences, des thérapies alternatives, de l’alimentation, etc… (formation universitaire, en autodidacte et auprès de spécialistes)
  2. Livres et/ou guides: Mise par écrit de mes connaissances et de ma compréhension du domaine (psychiatrie, « troubles mentaux », « maladie mentale », médicaments psychiatriques,…)

  3. Réalisation de vidéos pour faciliter l’accès à l’information. Chaîne Youtube

 

Je vous remercie tous et toutes de votre compréhension.

Je tenais à présenter mes excuses à Thérèse et à l’admirable équipe de son forum pour ne pas avoir été capable de tenir mon engagement et ne plus être en mesure de continuer à intervenir sur le forum. J’ai présumé de mes forces dans le domaine et je vous prie de bien vouloir me pardonner.

 

Dans l’intention de ne plus décevoir personne, je vais faire tout mon possible pour ne prendre que des engagements que je peux tenir et mettre en place des stratégies qui me permettent d’aller au bout de ce que j’ai promis. Je vais donc m’engager à rédiger des livres et à proposer des vidéos pour vous guider vers la sortie de la médication psychiatrique et de la psychiatrie. Mais pour être sûre d’arriver au bout de ces deux projets, je vais prendre mon temps pour écrire et pour réaliser des vidéos, je vais le faire à mon rythme. Par conséquent, il ne sortira pas un livre par mois ou une vidéo par semaine. Il me faudra du temps pour tout mettre par écrit ou en images.

Merci de votre patience et de votre compréhension!

A très bientôt pour les premiers écrits,

Très bonne année à tous! Qu’elle vous apporte joie, bonheur, amour, réussite et surtout santé!

Du fond du coeur,

Carole

 

 

Les maîtres du temps

Les maîtres du temps

« Eh bien, [le maître du temps] n’a pas changé, toujours la mine grise et l’air grincheux, à tisser les heures, les jours, les mois, les années, à tisser le temps qui passe sans jamais lever le nez! » Phrase extraite de l’histoire intitulée Joyeux Noël Père Noël (Les Belles Histoires, hors série décembre 2016)


Ce que cette phrase m’inspire:

L’immobilité ne me permet pas de garder l’équilibre. Il me faut bouger pour trouver mon équilibre, ma stabilité dans ce monde qui bouge et qui va trop vite… les yeux et le coeur fermés.

Les maîtres du temps, ce sont eux qui nous demandent d’aller vite, peu importe que nous gardions notre équilibre, le principal pour eux, c’est que nous avancions, tels de fusées.

Nous ne voyons pas le parcours, le chemin, le voyage, le paysage… et nous ne sommes pas certains non-plus de voir notre destination… la destination qu’on nous a fixée!?

Quel intérêt à courir comme des lapins, sans profiter un instant du parcours de notre vie, des rencontres sur notre chemin? Pour atteindre cet objectif? Mais quel objectif? Le nôtre? Le leur? Et cet objectif existe-t-il vraiment?

Une course folle sans but, voilà à quoi ressemble la vie de nos jours! A quoi bon? A quoi bon gagner cette course si elle ne nous apporte rien? A quoi bon perdre notre vie pour rien? Ne vaut-il pas mieux apprécier chaque jour qui passe sans se soucier d’arriver au bout? Ne vaut-il pas mieux apprécier la vie… la mort arrivera bien assez vite…

La mort, le point final, l’objectif de toute existence! Pourquoi griller les étapes pour l’atteindre? Ne ferions-nous pas mieux de profiter de l’instant présent et de laisser notre corps et notre âme avancer à leurs rythmes jusqu’à la ligne d’arrivée?

Tout le monde va gagner, tout le monde atteindra un jour cette objectif. Pourquoi vouloir faire partie de ceux qui l’atteindront en premier?

Les maîtres du temps!!

Faut-il aller vite ou lentement? Faut-il suivre leur rythme ou non?

 

Carole, décembre 2016

12 Mise en place de la substitution

12 Mise en place de la substitution

-Pour passer d’une 1/2 vie courte à une 1/2 vie longue ,on utilise la méthode de substitution , après avoir cherché l’équivalence avec la molécule à substituer .
Pour cela on utilise une table de conversion :
http://www.benzodocs.com/converter.php

-C’est le passage progressif d’une molécule à une autre : le corps doit se sevrer de sa molécule d’origine pour en accepter une autre .

Il faut environ 4 semaines en respectant des paliers d’une semaine pour que la nouvelle molécule trouve toute sa puissance .
Il peut y avoir des petits symptômes de sevrage .
Certains peuvent se sentir “shootés”et il y a lieu de rajuster la dose de l’équivalence à la baisse .
S’il y a apparition de symptômes de manque il faut faire une petite augmentation de la dose de la molécule d’origine .

– La substitution peut s’étaler sur 15 j pour des petites doses à sevrer et se fait généralement sur 4 semaines ,voire 8 ou 12 pour des doses plus importantes .

Il vaut mieux ne pas dépasser 8 semaines à cause de l’entrée en tolérance , laquelle se manifeste dès 4 semaines environ .
Il faut en tenir compte dans son plan de substitution : diminuer la bzd que l’on a introduite dès la 4ème semaine et ensuite dans son plan de sevrage .
Sur un plan de 4 semaines par ex ,il s’agit de substituer 1/4 par 1/4 la nouvelle molécule à la molécule d’origine .

– Observer une phase de stabilisation de 2 semaines avant de commencer le sevrage .

13 En général un plan de substitution se fait sur 4 semaines avec des paliers d’une semaine

EX: avec un xanax à 0.50mg :il faut chercher l’équivalence avec le lysanxia dans le convertisseur : 0.50mg de xanax = 15 mg de lysanxia =30 gtes.
ça fait 30 gtes de Lysanxia pour 0.50 mg de xanax.

-A l’intérieur de ce plan tous les ajustements de doses sont possibles ,comme de reporter sur le soir la dose la plus grande …
-on peut reporter la dose du midi sur le matin pour ne faire que 2 prises dans la journée.
-on peut diminuer le lysanxia de 1 ou 2 gtes si la sédation est trop importante.
-phase de stabilisation de 4 semaines avant de commencer le sevrage .

Plan sur 2 semaines:
EX:avec un xanax à 0.25mg :l’équivalence est de 7.5 mg de lysanxia =15 gtes

1ère semaine:
Matin:1/2 cp de xanax
Soir:7.5 gtes de lysanxia

2ème semaine :
Matin:7.5 gtes de lysanxia
Soir :7.5 gtes de lysanxia
Ou 7 le matin et 8 le soir…

ça fait 15 gtes de lysanxia pour 0.25 mg de xanax.

*Phase de stabilisation de 2 semaines avant de commencer le sevrage

Le plan de substitution n’est pas standard et doit être adapté à chacun en fonction de ses réactions et si une modification est apportée ,ne faire qu’un changement à la fois avec 1 ou 2 gtes par prise et sur au moins 10 j .
Les symptômes sont en général transitoires et il vaut mieux laisser à l’organisme le temps de s’adapter.

Autre lien : conférences du Pr Ashton :
http://www.benzo.org.uk/asholdmfr.htm

Par Thérèse

11 Le SEVRAGE par SUBSTITUTION

11 Le SEVRAGE par SUBSTITUTION :

On peut parler de sevrage par substitution d’une dose équivalente d’une bzd à 1/2 vie longue (Lysanxia-Valium-Tranxène-Rivotril)
à une bzd à 1/2 vie courte (xanax-seresta-témesta-lexomil…)

Le sevrage sera plus facile avec une bzd à 1/2 vie longue :la concentration dans le sang reste stable au fil du temps et on évite les phénomènes de manque entre les prises.

Que faire face à des symptômes de tolérance ?

  • Avec l’apparition de phénomènes de manque entre les prises avec une bzd à 1/2 vie courte :basculer sur une bzd à 1/2 vie longue.
  • Apparition de phénomènes de manque fréquents chez les usagers à long terme de bzd : Ces phénomènes ou symptômes de sevrage , angoisse, crises de panique, palpitations, hypersensibilité sensorielle …sont souvent mal interprétés et CONFONDUS avec des problèmes d’ordre psychologiques ou des signes d’aggravation….ce qui peut conduire à augmenter les doses de bzd !

On peut ainsi parler de forte tolérance avec sa bzd d’origine et en dernier recours la substitution avec une autre molécule va permettre de lever ce phénomène d’accoutumance et de retrouver le plein effet ,en particulier anxiolytique , des bzd ,avec une dose globale moindre de bzd.

  • A noter qu’il est préférable de se sevrer avec sa bzd d’origine
  • En cas d’intolérance avec l’une ou l’autre molécule :Valium , Lysanxia .Il est possible de basculer de l’une vers l’autre.
  • IL est important de savoir faire la différence entre une dépendance psychologique “besoin d’une béquille” et la dépendance physique qui est là,bien réelle
  • Reconnaitre les symptômes d’un sevrage trop rapide :
    Intensité des symptômes de manque qui obligent à revenir en arrière pour retrouver une dose de confort.
  • Se stabiliser :
    Avant d’entreprendre le sevrage il est impératif de savoir où vous en êtes face à la tolérance comme décrite ci-dessus et d’en parler sur le forum.

Tout comme il est nécessaire de retrouver une dose de confort avec laquelle vous vous sentiez bien et de vous y stabiliser :cela peut prendre selon les cas entre 1 à 3 semaines .
Un oubli d’une prise peut ne donner des symptômes de sevrage que 10 j après l’oubli.

 

Par Thérèse

12 Mise en place de la substitution

10 Comment réagir?

10 Comment réagir?

*Face à l’insomnie :

Le sommeil engendré par les bzd n’est pas un sommeil normal mais celui -ci a tendance à se normaliser et à revenir au niveau précédent à cause de la tolérance.
Les rêves deviennent plus agités,les cauchemars apparaissent : c’est une réaction normale au manque de bzd et en même temps un signe précurseur du début de la guérison.
Le retour du sommeil profond semble être plus LONG après un sevrage ,probablement dû au fait que les niveaux d’anxiété sont plus élevés,le cerveau est trop actif et donc il est difficile de s’endormir.
Cela peut durer parfois pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois .

IL est nécessaire d’avoir une hygiène de vie qui permettent de rétablir la fonction du sommeil.

*Face aux crises d’anxiété :

IL est important d’apprendre à les gérer,de faire de la relaxation,des thérapies cognitives ou autres,de l’acupuncture,de l’aromathérapie,des massages,de la réflexologie,de l’homéopathie,du sport,du yoga,de la méditation…

Le fait de découvrir qu’une crise d’anxiété peut être contrôlée sans L’AIDE d’un comprimé accroit la confiance en soi…

*La dépersonnalisation, la déréalisation:

Apparaissent aussi pendant les crises d’ANXIETE et lors d’un sevrage rapide ,mais aussi dans des cas d’extrêmes urgences et chez des personnes soumises à la torture .
Ces états protègeraient d’une souffrance intolérable.

*Les hallucinations :
Sevrage trop rapide

*La dépression,l’agressivité et les obsessions :

La dépression est courante durant l’usage à long terme d’une bzd et durant le sevrage et peut être le résultat de changements biochimiques au niveau du cerveau provoqués par les bzd .
On a vu que ceux-ci aidaient les gaba pour apaiser ,MAIS en même temps ils RÉDUISENT l’activité de la sérotonine et de la nor épinéphrine, ces neurotransmetteurs que l’on sait impliqués dans le DÉPRESSION.
Celle-ci réagit aux AD de la même façon que lors d’une dépression ordinaire.

Tous les autres symptômes disparaitront eux aussi à la fin du sevrage .

*Antidépresseurs et sevrage :

la dépression peut parfois être sévère et exposer à un risque suicidaire,rare lors d’un sevrage lent et progressif.
L’anxiété peut s’aggraver temporairement au début du traitement c’est pourquoi il faut démarrer doucement en augmentant la dose sur 2 ou 3 semaines.
Attention au Prozac en début de traitement: état agité,violent ou suicidaire.
La mise sous AD n’empêche pas la continuation du sevrage et il faut éviter d’augmenter la dose.

Les AD calment la dépression , ont des effets anxiolytiques et aident activement le processus de sevrage d’une bzd.
NB :ce sujet est très controversé et les avis divergent

Le sevrage des AD produit les mêmes effets que celui des bzd et se sèvrent de la même façon , avec peut-être un allongement du palier pour plus d’efficacité .

Certains AD ont un effet sédatif pour traiter l’insomnie

*Par ailleurs on peut comprendre pourquoi les bzd sont facteurs de dépression :

Cette augmentation de l’activité inhibitrice du GABA causée par les bzd réduit l’action des autres neurotransmetteurs prompts à l’excitation :
ce sont la sérotonine,l’acétylcholine , la dopamine et ils sont nécessaires pour la mémoire,le tonus et la coordination musculaire,le fonctionnement hormonal,le rythme cardiaque,la tension artérielle et autres fonctions qui peuvent être altérées par les bzd .

Physiopathologie de la dépression :
La dépression est liée à une altération des systèmes de neurotransmission, notamment au niveau du cortex cérébral et du système limbique avec diminution des taux synaptiques de noradrénaline, de dopamine et de sérotonine ainsi que des perturbations dans l’homéostasie du glutamate.

 

Par Thérèse

11 Le SEVRAGE par SUBSTITUTION

9 Quels sont les symptômes de sevrage ?

9 Quels sont les symptômes de sevrage ?

*Les mécanismes de REACTION au sevrage sont le miroir des effets produits initialement :

  • à une induction du sommeil par ex, suit à l’usage ou à un arrêt brusque ,de l’insomnie et des cauchemars ,
  • à une relaxation musculaire, suit une forte tension
  • à une sérénité de l’esprit,suit de l’anxiété etc…

Un arrêt trop rapide ouvre les portes à toutes les fluctuations et le résultat est un surcroit d’activité à tous les niveaux :
les bzd n’aident plus les gaba à jouer leur rôle d’apaisement au niveau du cerveau et presque tous les mécanismes excitables du système nerveux sont en état d’effervescences et doivent se réadapter à vivre sans bzd ce qui les rend très vulnérables au stress.

*Les symptômes aigus du sevrage :

L’effet recherché de la prise de bzd est le contrôle de l’ANXIETE ,c’est pourquoi beaucoup de symptômes aigus de sevrage y sont liés :

  • L’hypersensibilité aux stimulus sensoriels : son,lumière,toucher,gout,odorat
  • Les distorsions perceptives : ondulation du plancher….
  • Des hallucinations visuelles,des distorsions de l’image corporelle….

Le sevrage semble faire ressortir les points les plus vulnérables :

  • maux de tête si sujet aux maux de tête ,troubles intestinaux et autres.

 

***SYMPTÔMES PSY :
-Excitabilité ,insomnie et cauchemars, anxiété et crise d’anxiété
-Agoraphobie et phobie sociale
-Distorsions perceptives ,dépersonnalisation,déréalisation ,hallucinations
-Dépression,obsessions,pensée parano.
-Rage ,agressivité,irritabilité
-Trous de mémoire,souvenirs inopportuns

 

***SYMPTÔMES PHYSIQUES :
-Maux de tête ,douleur et raideur musculaire
-Picotement,engourdissement,sensation altérée (membre,visage,thorax)
-Jambes en coton,fatigue,symptômes de grippe
-contractions musculaires,convulsions,tics,tremblements,vertiges,étourdissements ,manque d’équilibre
-Troubles visuels,sècheresse oculaire
-Acouphène,hyper sensitivité
-Symptômes gastro-intestinaux:nausées,vomissements,diarrhées,constipation,douleur,difficulté à avaler
-Variation de poids
-Sècheresse buccale ,goût métallique,odeur inhabituelle
-Bouffées de chaleur,sueurs ,palpitations
-Essoufflement,difficultés urinaires ou menstruelles
-Éruption cutanée,démangeaison
Etc…

Par Thérèse

10 Comment réagir?

8 Si le sevrage d’ un AD (antidépresseur) est nécessaire

8 Si le sevrage d’ un AD (antidépresseur) est nécessaire ,

* attendre 2 mois après le sevrage des bzd : un seul sevrage à la fois est préférable .
Se sevrer des AD de la même façon que les bzd , avec un palier un peu plus long pour une meilleure efficacité

**Ne pas rester avec des symptômes de sevrage d’un AD si vous avez été trop vite : l’effet rebond apparait 1 à 2 mois après et il ne faut pas attendre que ça passe tout seul ! REPRENDRE en partie votre sevrage et FINIR de se sevrer correctement .

*Un neuroleptique n’est pas utile et sevrez -vous en en 1er ! de plus ils sont dangereux .

 

Par Thérèse

9 Quels sont les symptômes de sevrage ?