L’effet rebond

L’effet rebond ou phénomène de rebond est l’apparition ou la réapparition de symptômes qui étaient absents ou contrôlés pendant un traitement médicamenteux, mais (ré)apparaissent lorsque ce traitement est arrêté ou que la dose est réduite. Dans le cas de réapparition, les symptômes qui réapparaissent ont souvent une intensité augmentée par rapport aux symptômes présents avant traitement (Wikipédia, 2016).

L’effet rebond et les mécanismes compensatoires mis en place par l’organisme

L’apparition d’un effet rebond dévoile la réaction de l’organisme à l’action du produit psychiatrique. L’effet rebond est en quelque sorte la manifestation qui met en lumière la réaction de l’organisme à l’action d’une substance psychotrope: l’effet rebond met en lumière les mécanismes compensatoires mis en place par l’organisme pour contrer l’effet de la substance. Lors des diminutions de doses ou lors d’un arrêt brutal, l’effet rebond qui apparaît est la manifestation du déséquilibre entre l’effet diminué du produit chimique (dose réduite) et les effets compensatoires de l’organisme qui contre toujours aussi intensément l’action du médicament (l’organisme n’ayant pas encore ajusté l’intensité de sa réponse à l’intensité diminuée de l’effet du médicament).

L’anxiété de rebond

L’anxiété de rebond est une des réactions les plus communes lors de l’arrêt ou de la réduction de dose des tranquillisants mineurs. Comme avec la plupart des médicaments psychiatriques, l’utilisation de ces benzodiazépines engendre au final une augmentation des symptômes alors même qu’elles étaient supposées les réduire et c’est ainsi que l’anxiété de rebond peut mener au diagnostic erroné de trouble de l’anxiété chronique. Comme relevé par le journal de psychiatrie américain Textbook of Psychiatry, les traitements à long terme peuvent être maintenus ou réintroduits par erreur lorsque l’anxiété de rebond induite par le médicament fait son apparition. La toxicomanie en étant le résultat ultime (Breggin, 1991, cité par Nimmo, s.d.).

L’insomnie de rebond

L’insomnie de rebond résulte également de la prise de la plupart des somnifères, parce que le cerveau réagit en s’opposant aux effets dépresseurs du système nerveux central en devenant plus alerte et plus en éveil. Il ajoute que de manière générale, les somnifères ne devraient pas être pris plus d’un jour ou deux à la fois (Breggin, 1991, cité par Nimmo, s.d.).

Comment désamorcer l’effet rebond ?

Ce qu’il est important de comprendre c’est que, lors d’un sevrage, plus la diminution de la dose journalière est grande, plus l’intensité d’un éventuel effet rebond sera grande. Pour désamorcer l’effet de rebond, c’est-à-dire pour minimiser l’apparition ou la réapparition de symptômes qui étaient absents ou contrôlés pendant la prise de médicament psychiatrique, il faut faire de petites diminutions et respecter des paliers de stabilisation de quelques jours, pour permettre au corps et plus particulièrement au système nerveux central, de gérer la diminution de dose. Un sevrage lent permet de limiter grandement l’intensité des éventuels effets de rebond et cela permet, en parallèle, de mettre en place des techniques thérapeutiques pour gérer l’hyperactivité et l’hypersensibilité du système nerveux central rendu plus vigilant, plus alerte et plus en éveil par la prise chronique de médicament(s) psychiatrique(s).

 

1. Une benzodiazépine (bzd) qu’est-ce que c’est ?

C’est plus dangereux que vous le pensez ! On appelle ça des tranquillisants, des somnifères, des anxiolytiques… et c’est distribué sur ordonnance, dans le but de soulager rapidement l’anxiété, l’insomnie, l’agitation psychomotrice, les convulsions…

Le saviez-vous? De W-Bad (2017), pour la journée mondiale de sensibilisation aux benzodiazépines

Les benzodiazépines (BZD) sont les molécules les plus largement prescrites dans le traitement des manifestations anxieuses, du stress et des troubles du sommeil. Elles sont aussi prescrites dans le cadre de dépression, de douleurs chroniques, pour réduire les contractions musculaires et pour bien d’autres troubles.

  • Il est recommandé, comme indiqué sur les notices, de ne pas prescrire de benzodiazépines au-delà de 8 à 12 semaines, de 2 à 5 jours pour les somnifères en cas d’insomnie occasionnelle et de 2 à 3 semaines en cas d’insomnie transitoire. Mais la plupart des prescripteurs sont mal informés à ce sujet.
  • Certains experts (Prof. Lader) affirment que les benzodiazépines peuvent être plus addictives que l’héroïne.
    Prescrire au-delà de la durée légale de recommandation peut entraîner une dépendance iatrogène et des dommages physiques et psychologiques.
  • Le sevrage lié aux benzodiazépines peut devenir un enfer et durer des mois, voire des années (un sevrage diffère d’une personne à l’autre).
  • Les benzodiazépines sont très puissantes et elles ne se mélangent pas avec d’autres médicaments, substances, alcool, etc… Le mélange peut être létal.
  • Dans certains cas, la surprescription de ces médicaments s’avère être une porte ouverte à une utilisation abusive.
  • Des études récentes associent une utilisation prolongée des benzodiazépines à des dégâts irréversibles.
  • Les coûts sociaux peuvent être significatifs: chômage, crimes violents, hospitalisations, suicides, conflits domestiques, accidents, etc…
  • Des experts ont fait pression sur les gouvernements depuis des décennies pour des contrôles stricts, mais en vain.
  • La France est, depuis de nombreuses années, l’un des plus gros consommateurs au monde de benzodiazépines.
    En 2015, il y aurait encore 10 millions de français à qui les médecins auraient prescrits des benzodiazépines seules (ou en association avec des antidépresseurs, un problème devenant également majeur).
  • Il est dangereux d’interrompre brutalement ou de réduire trop rapidement la prise de ces molécules.
  • Toute personne souhaitant se sevrer des benzodiazépines devrait consulter le Manuel Ashton ainsi que son médecin traitant.
    Soyez conscient que les médecins ont très peu de connaissances en matière de sevrage dans le meilleur des cas, mais leur coopération est nécessaire.
    N’hésitez pas à leur montrer le Manuel Ashton après l’avoir lu avec une extrême attention. Manuel Ashton: http://www.benzo.org.uk/freman/

source: www.w-bad.org

En 1988, le Committee on Safety of Medicines de la Grande-Bretagne recommandait que les benzodiazépines ne soient utilisées que sur une courte durée: 2 à 4 semaines seulement! Prof Ashton

 

 

2. Les benzodiazépines: peut-on en devenir dépendant?

 

Les mécanismes d’action des benzodiazépines

Les benzodiazépines sont des psychotropes et en tant que tels, elles agissent sur le système nerveux central et altèrent le fonctionnement du cerveau en modifiant ses processus biochimiques et physiologiques. En altérant les fonctions cérébrales, les benzodiazépines induisent des modifications des autres fonctions de l’organisme y compris les fonctions cognitives et comportementales. Comme le précise Wikipédia (2017), en altérant […] les fonctions du cerveau, un psychotrope induit des modifications de la perception, des sensations, de l’humeur, de la conscience (états modifiés de conscience) ou d’autres fonctions psychologiques et comportementales.

Les modifications biochimiques et physiologiques

Les benzodiazépines sont une classe de molécules qui agissent sur les récepteurs du neurotransmetteur inhibiteur GABA (Acide Gamma-Aminobutyrique). Elles augmentent la liaison du GABA à ses récepteurs, ce qui a pour effet de diminuer l’activité neuronale. Cette diminution de l’activité neuronale se manifeste par une myorelaxation, une anxiolyse et une sédation (Broers, 2011).

Les propriétés des benzodiazépines et leur utilisation

Toutes les benzodiazépines exercent six effets principaux qui sont utilisés de manière thérapeutique.

Les 6 propriétés des benzodiazépines (HUG, 2015)

  1. leur effet sédatif
  2. leur effet hypnotique
  3. leur effet anxiolytique
  4. leur effet anticonvulsivant
  5. leur effet myorelaxant
  6. leur effet amnésiant

Usage thérapeutique de ces 6 propriétés :

En clinique, les BZD [Benzodiazépines] sont utilisées comme sédatifs/hypnotiques et anxiolytiques, mais également comme inducteurs de l’anesthésie, pour la sédation lors d’examens invasifs ou d’interventions de petite chirurgie, comme antiépileptiques et parfois comme myorelaxants (HUG, 2015).

Liste des benzodiazépines

Liste des principales benzodiazépines (W-Bad, 2017)

Alprazolam (Xanax®)
Bromazépam (Lexotan®, Lexomil®)
Chlordiazépoxide (Librium®, Librax®)
Clobazam (Frisium®, Urbanyl®)
Clonazépam (Klonopin®, Rivotril®)
Clorazépate (Tranxène®, Tranxilium®)
Diazépam (Valium®, Novazam®)
Estazolam (ProSom®, Nuctalon®)
Flunitrazépam (Rohypnol®)
Flurazépam (Dalmane®, Somnal®)
Halazépam (Paxipam®)
Kétazolam (Anxon®, Loftran®)
Loprazolam (Dormonoct®, Havlane®)
Lorazépam (Ativan®, Témesta®)
Lormétazépam (Noctamid®, Noctamide®)
Médazépam (Nobrium®)
Nitrazépam (Mogadon®)
Nordazépam (Nordaz®, Calmday®)
Oxazépam (Serax®, Serenid®, Serepax®, Séresta®)
Prazépam (Centrax®, Lysanxia®)
Quazépam (Doral®)
Témazépam (Restoril®, Normison®, Euhypnos®)
Triazolam (Halcion®)

Z-drogues, Benzo-like ou substances assimilées aux benzodiazépines

Les substances suivantes ne sont pas des benzodiazépines, mais ont des effets similaires aux benzodiazépines hypnotiques et anxiolytiques (Wikipédia, 2017).

Les Z-drogues: non-benzodiazépines aux effets similaires: ces produits sont chimiquement différents des benzodiazépines mais utilisent les mêmes mécanismes d’action et ont les mêmes effets sur l’organisme (W-Bad, 2017).

Zaleplon (Sonata®, Starnoc®)
Zolpidem (Ambien®, Stilnoct®, Stilnox®)
Zopiclone (Zimovane®, Imovane®)
Eszopiclone (Lunesta®)

Autres Benzo-like
Méprobamate (Equanil®)
Etifoxine (Stresam®)
Buspirone (Buspar®)
Clotiazépam (Vératran®): le clotiazépam est un anxiolytique appartenant à la classe des thiénodiazépines qui possède les propriétés anxiolytiques, hypnotiques, anticonvulsantes, amnésiantes et myorelaxantes comme les benzodiazépines (Wikipédia, 2017).

Attention aux molécules possédant des propriétés similaires à celles des benzodiazépines car elles peuvent avoir les mêmes effets

Retrouvez, à cette adresse, une liste plus complète réalisée par W-Bad (2017) dans le cadre de la journée mondiale de sensibilisation aux benzodiazépines: Liste des benzodiazépines et des non-benzodiazépines aux effets similaires (les Z-drogues) : http://w-bad.org/wp-content/uploads/2017/05/FRENCH-BACK.pdf

Le saviez-vous? (W-Bad.org, 2017): http://w-bad.org/wp-content/uploads/2017/05/FRENCH-FRONT.pdf

Quelques neuroleptiques aux propriétés sédatives et anxiolytiques
Clozapine (Leponex®), (Clozaril®): la clozapine est un antipsychotique atypique dérivé de la dibenzodiazépine qui a des effets sédatifs.
Olanzapine (Zyprexa®): l’olanzapine est un neuroleptique puissant qui possède d’importantes propriétés sédatives et anxiolytiques.

Médicaments aux propriétés myorelaxantes
Pirenzépine (Gastrozepin®): la pirenzépine est un antiulcéreux possédant des propriétés myorelaxantes. Cette molécule agit comme antagoniste d’un récepteur de l’acétylcholine. L’acétylcholine est le neurotransmetteur du système nerveux parasympathique qui initie l’état de détente/repos (the rest-and-digest state) par opposition à la réaction d’attaque ou de fuite (fight-or-flight) (Wikipedia, 2017).

 

Les mécanismes d’action des benzodiazépines

 

Insomnie ou réveil difficile : Comment répartir les prises pour atténuer les symptômes ?

Lorsqu’on ressent plus de symptômes de sevrage le soir ou au contraire le matin, il peut être judicieux de répartir la dose journalière différemment entre les prises.

Il est ainsi intéressant de basculer des gouttes de la prise du matin vers celle du soir ou de la prise du soir vers celle du matin en vue d’adapter l’apport et l’effet de la benzodiazépine (ou d’un des autres psychotropes) à la réponse physiologique de l’organisme.

Par exemple, si dans les symptômes de sevrage présents, l’insomnie prédomine, il est pertinent de prendre la majeure partie de la dose le soir, alors que si c’est plus difficile le matin, il est approprié de prendre la dose dès le lever. Dans cette dernière situation, attention toutefois à ne pas prendre une trop grande dose au lever au risque de devenir somnolent en matinée.

Comment basculer les gouttes entre les prises ?

Par exemple, si vous voulez basculer des gouttes du matin vers le soir : faire glisser une goutte après l’autre sur un palier de 3 jours en moyenne. En procédant par exemple comme suit:

  1. Le matin 10 gouttes et le soir 15 gouttes (= 25 gouttes journalières)
  2. Pendant 3 jours: prendre 9 gouttes le matin et 16 gouttes le soir (nous serons sur un palier de 3 jours à 25 gouttes par jour)
  3. Puis pendant 3 jours: prendre 8 gouttes le matin et 17 gouttes le soir (nous serons sur un palier de 3 jours à 25 gouttes par jour)

Lorsqu’on bascule des gouttes d’une prise à l’autre, on garde la même dose journalière, mais on en modifie la répartition afin d’atténuer les symptômes de sevrage.

Plus d’informations sur la substitution